Mnamon

Les écritures anciennes de la Méditerranée

Guide critique des ressources électroniques

Celtique, celtibère

- IIe - Ier av. J.-C.

par: Coline Ruiz Darasse


  • Présentation
  • Approfondissements


Tessère d'hospitalité dite Tessère Froehner


Celtibère est le nom donné aux populations celtiques qui ont occupé le plateau nord de la Meseta centrale de la péninsule Ibérique au cours du second âge du Fer. 

Le « celtibère » est la langue parlée par ces populations dont la présence est assurée à partir du IVe s. av. J.-C., mais dont la langue n’est attestée épigraphiquement qu’à partir du IIs. av. J.-C. Elle est parlée et écrite de façon vraisemblablement homogène mais ponctuelle.

Les Celtibères ont emprunté leur écriture à leurs voisins ibères.  

Cet emprunt à donné lieu à la naissance de deux variantes graphiques : l'écriture celtibère orientale et l'écriture celtibère occidentale, se distinguant l'une de l'autre par des différences notamment dans la notations des nasales /n/ et /m/.

• la variante de Botorrita (oriental) utilise le n ibère pour /n/ et le m ibère pour le /m/.

• la variante de Luzaga (occidental) utilise le m ibère pour /n/ et le m accentué ibère ibère (ḿ) pour /m/.

 

Certaines inscriptions celtibères sont également écrites en alphabet latin.

L’une des originalités de l’épigraphie celtibérique réside dans l’utilisation d’une écriture semi-syllabique pour transcrire une langue indo-européenne à laquelle elle n’est pas du tout adaptée (du point de vue de scripteurs et de lecteurs latino-centrés).

Il y a quelques années, la reprise d'une hypothèse de Joan Maluquer par Joan Ferrer i Jané a permis de confirmer que certaines variantes des signes (avec ou sans traits diacritiques) étaient en réalité des moyens pour noter différents points d’articulation. On appelle ces deux variantes de notation le système duel

Dans le domaine celtibère, c’est par la comparaison entre deux tessères d’hospitalité (tessère de Tarvodurum CT-2A [en écriture latine] et celle d'Uxama K.23.2, en forme de sanglier [écriture celtibère]) que ce système a été également pu être identifié (Jordan Colera, 2005). Les deux textes ne différaient que d'une syllabe (lue soit bo soit ta). 

L’utilisation de ce système duel par les Celtibères donne une indication sur le moment où ils ont pu emprunter l'écriture à leurs voisins ibères. Ce serait plutôt vers le IIIe av. J.-C., au contact des Édétans.

 


Voir les ressources en ligne de l’écriture.

Ressources en ligne