Mnamon

Les écritures anciennes de la Méditerranée

Guide critique des ressources électroniques

Hiéroglyphes crétois

- XVIIIe – XVIIe siècle av. J. – C.


Ressources en ligne



Sites d’intérêt général

  1. ASCSA (The American School of Classical Studies at Athens)
    Cette institution, fondée en 1881, promeut des études et des recherches relatives aux différents aspects de la culture grecque. Elle organise et finance des fouilles (dont beaucoup en Crète), des congrès, des séminaires et des conférences. Elle dispose d’une très vaste bibliothèque et d’un important laboratoire pour les analyses archéométriques.
  2. BSA (The British School at Athens)
    Cette institution, fondée en 1886, promeut des études et des recherches relatives aux différents aspects de la culture grecque. Elle organise et finance des fouilles (parmi lesquelles celles de Cnossos et de Palaikastro en Crète), des congrès, des séminaires et des conférences. Elle dispose d’une très vaste bibliothèque et d’un important laboratoire pour les analyses archéologiques.
  3. CAC (Centro di archeologia cretese)
    Centre d’études de l’Université de Catane sur la préhistoire et la proto-histoire de l’île de Crète. Le centre poursuit des études sur les sites de Phaistos et de Haghia Triada.
  4. EfA (École française d’Athènes)
    Cette institution, fondée en 1846, promeut des études et des recherches relatives aux différents aspects de la culture grecque. Elle organise et finance des fouilles (parmi lesquelles celles de Mallia en Crète), des congrès, des séminaires et des conférences. Elle dispose d’une très riche bibliothèque.
  5. ISPC (Istituto di Scienze del Patrimonio Culturale - CNR)
    Institut rattaché au CNR qui mène des recherches sur la connaissance, la conservation et l'utilisation du patrimoine culturel. Les chercheurs de l'institut comprennent des spécialistes dans les domaines de l'épigraphie égéenne, anatolienne et proche-orientale.
  6. INSTAP (Institute for Aegean Prehistory)
    Siège crétois de l’Institute for Aegean Prehistory, fondé à Philadelphie (USA) en 1982. Base des missions archéologiques américaines en Crète, il accueille des chercheurs d’autres nationalités s’intéressant à la préhistoire et à la proto-histoire de l’île.
  7. SAIA (Scuola Archeologica Italiana di Atene)
    Cette institution, fondée en 1909, promeut des études et des recherches relatives aux différents aspects de la culture grecque. Elle organise et finance des fouilles (en Crète et dans le reste de l’Égée), des congrès, des séminaires et des conférences. Elle est le siège d’une importante école de spécialisation et de perfectionnement en archéologie et en épigraphie. Elle dispose d’une vaste bibliothèque.
  8. Web - AEGEANET
    Archives en ligne (depuis 2001) de la mailing list sur l’Égée préhistorique et proto-historique, dirigée par J. Younger (University of Kansas). Un moteur de recherche spécifique permet d’interroger les archives. À la mailing list collaborent aussi bien des spécialistes que de simples amateurs.

Institutions, centres d’études et projets

  1. CMS (Corpus der minoischen und mykenischen Siegel)
    Centre pour l’étude de la glyptique minoenne et mycénienne, fondé à Marburg (Allemagne) en 1958 par F. Matz. Il s’occupe de la publication du Corpus des sceaux et des empreintes des sceaux minoens et mycéniens. Les archives du CMS contiennent environ 100.000 négatifs et 9.000 calques.
  2. DBAS CHS (databases about Aegean Subjects – Cretan Hieroglyphic Seals)
    Banque de données en ligne du corpus des sceaux minoens avec des inscriptions en “hiéroglyphique” crétois. Réalisée par l’Université de Florence, la banque de données contient des informations sur les inscriptions, les éléments décoratifs, les motifs iconographiques, la datation, la provenance et les caractéristiques matérielles des sceaux.
  3. PASP (Program in Aegean Scripts and Prehistory)
    Centre d’études basé à Austin (Texas, USA). Fondé en 1986, il poursuit des recherches sur les écritures crétoises de l’époque du bronze (“hiéroglyphique” crétois, linéaire A et linéaire B) et sur les écritures syllabiques de Chypre («chyprominoen» et «chypriote classique»).

Didactique et matériel didactique

  1. Prehistoric Archaeology of the Aegean
    Cours d’introduction à l’archéologie de l’Égée préhistorique et proto-historique, réalisé par J. B. Rutter (Dartmouth College, New Hampshire, USA). Nombreuses illustrations. Voir en particulier la «Lesson 10».

Fontes

  1. Minos01
    Fonte True Type des signes de l’écriture «hiéroglyphique» crétoise présents sur des sceaux et des empreintes de sceaux. Créée par l’équipe de recherche de l’Université de Florence pour le projet DBAS – CHS (Databases About Aegean Subjects – Cretan Hiroglyphic Seals) sur le modèle de Scripta Minoa1, Oxford 1909.
  2. Minos02
    Fonte True Type des signes de l’écriture «hiéroglyphique» crétoise présents sur des documents autres que des sceaux et des empreintes de sceaux. Créée par l’équipe de recherche de l’Université de Florence pour le projet DBAS – CHS (Databases About Aegean Subjects – Cretan Hiroglyphic Seals) sur le modèle de CHIC, Paris 1996.
  3. Minos03
    Fonte True Type des signes de l’écriture «hiéroglyphique» crétoise présents sur des sceaux et des empreintes de sceaux. Créée par l’équipe de recherche de l’Université de Florence pour le projet DBAS – CHS (Databases About Aegean Subjects – Cretan Hiroglyphic Seals) sur le modèle de CHIC, Paris 1996.
  4. Minos04
    Fonte True Type des signes «décoratifs» présents sur des sceaux (variantes de signes «hiéroglyphiques» ou de signes non présents dans CHIC). Créée par l’équipe de recherche de l’Université de Florence pour le projet DBAS – CHS (Databases About Aegean Subjects – Cretan Hiroglyphic Seals) sur la base des photographies de CHIC et CMS.
  5. AegeanFonts.zip
    Fonte Unicode dessinée par George Douros. Elle contient tous les signes du “hiéroglyphique” crétois.

Musées et collections

  1. Musée d’Héraklion (Crète)
    C’est l’un des plus importants musées d’Europe. Plus de la moitié des inscriptions en “hiéroglyphique” crétois est conservée dans ses entrepôts.

Collections de textes et bibliothèques électroniques

  1. CHIC. Corpus Hieroglyphicarum Inscriptionum Cretae
    Il s’agit du Corpus des inscriptions en “hiéroglyphique” crétois réalisé par J.-P. Olivier et L. Godart (Paris 1996), rendu accessible en ligne par l’éditeur, l’École française d’Athènes, pour un usage privé. Une photo, un fac-similé, la transcription normalisée et la transnumération sont fournis pour chaque inscription. Une transcription tabulaire, où à chaque ligne correspond un seul et unique poste comptable, est également fournie pour les documents d’archives (nodules, cônes, médaillons, lames, barres, tablettes).
  2. The Cretan Hieroglyphic Texts
    Inscriptions en “hiéroglyphique” crétois, y compris les inscriptions postérieures à CHIC, par J. Younger (University of Kansas, USA). La transcription normalisée, la transnumération et un commentaire épigraphique sont fournis pour chaque inscription. L’auteur fournit aussi une translittération fondée sur des hypothèses personnelles au sujet de la valeur phonétique des syllabogrammes ainsi que le sens des logogrammes du “hiéroglyphique” crétois. Ces hypothèses sont présentées en détail dans le document Notes on the signs et résumées schématiquement dans le document The hieroglyphic grids. La méthode utilisée pour l’attribution des valeurs se base essentiellement sur des homomorphismes réels ou supposés avec les signes de la linéaire A et de la linéaire B et, en tant que telle, elle n’apparaît pas vraiment fiable. Enfin, dans le document Notes on certain signgroups, plusieurs groupes de signes sont analysés et des hypothèses quant à leur fonction et à leur sens respectifs sont avancées.
  3. Scripta minoa (Band 1): The hieroglyphic and primitive linear classes
    Il s’agit de la version numérique de la monographie de A. Evans, Scripta Minoa I (Oxford 1909), consacrée au “hiéroglyphique” crétois et à la linéaire A (par la Ruprecht-Karls-Universität d’Heidelberg).

Personnes

  1. Arthur Evans (1851-1941)
    Fiche biographique de l’homme qui a découvert le palais de Cnossos et qui est l’un des premiers chercheurs à s’être occupé du “hiéroglyphique” crétois.
  2. The Arthur Evans archive (Knossos excavations)
    Archives en ligne des papiers d’Arthur Evans relatifs aux fouilles de Cnossos. Les documents originaux sont conservés à l’Ashmolean Museum d’Oxford.
  3. IDAP (International Directory of Aegean Prehistorians)
    L’interface permet d’effectuer les recherches par nom. Les fiches contiennent les adresses, les numéros de téléphone et de fax, les adresses de courrier électronique et un bref profil des chercheurs.

Bibliographie

  1. NESTOR. Bibliography of Aegean Prehistory and Related Areas
    Bibliographie spécialisée relative aux études de préhistoire et de proto-histoire égéennes. Elle est consultable en ligne jusqu’à 2006 grâce à un moteur de recherche spécifique. Réalisée par le Department of Classics de l’Université de Cincinnati (Ohio, USA).
  2. SPHRAGIS. A Bibliography for Aegean Glyptic
    Bibliographie raisonnée sur la glyptique minoenne et mycénienne réalisée par J. Younger (University of Kansas). Elle contient des références bibliographiques sur les inscriptions en “hiéroglyphique” crétois sur des sceaux.
  3. Bibliographie spécialisée sur le “hiéroglyphique” crétois (J. B. Rutter)
    Section bibliographique du Chapitre 10 du Cours d’introduction à l’archéologie de l’Égée préhistorique et proto-historique, réalisée par J. B. Rutter (Dartmouth College, New Hampshire, USA).
  4. Bibliographie spécialisée sur le “hiéroglyphique” crétois (J. Younger)
    Bibliographie réalisée par J. Younger (University of Kansas, USA).