Mnamon

Les écritures anciennes de la Méditerranée

Guide critique des ressources électroniques

Éblaïte

par: Amalia Catagnoti (traduit par Nicole Maroger)


  • Présentation
  • Les Écritures

L’éblaïte est une langue sémitique datant d’environ 2350 av. J.-C., attestée dans les textes cunéiformes retrouvés en Syrie à Tell Mardikh. On suppose qu’au cours du IIIe millénaire cette langue était parlée non seulement à Ébla mais également dans les centres urbains de la haute Syrie du nord, ce qui correspond en gros à l’aire s’étendant autour d’Alep où, au début du IIe millénaire, s’affirma le royaume de Yamkhad. L'éblaïte correspond au niveau linguistique sémitique le plus ancien qui soit connu, appelé Sémitique Archaïque, auquel appartient également l’akkadien de la Mésopotamie. L’éblaïte doit être distingué aussi de l’amorrite (les indices d’une phase archaïque de cette langue sont certainement présents dans certains noms de personnes cités dans les textes du Palais G). Il n’est pas facile de cerner les rapports de l’éblaïte et de l’akkadien. Même s’il y a des différences, les deux langues sont certainement très proches car elles partagent des traits morphologiques fondamentaux comme par exemple le système verbal avec trois aspects. Si l’on considère tant la qualité des différenciations entre l’éblaïte et l’akkadien que la qualité des isoglosses éblaïto-akkadiennes (dont certaines sont connues aussi en ougaritique et dans les langues sudarabiques antiques), l’éblaïte et l’akkadien paraissent refletter deux stades semblables du Sémitique Archaïque. Les deux langues répandues respectivement en Syrie et en Mésopotamie sont en contraste avec celles qui présentent des innovations provenant d’une aire plus centrale, telles qu’on peut en observer au IIIe millénaire dans l’amorrite.



Les Écritures

  1. Éblaïte