Mnamon

Les écritures anciennes de la Méditerranée

Guide critique des ressources électroniques

Araméen

- Du Xe siècle av. J.-C. à aujourd’hui


Exemples d’écritures



Araméen ancien

Araméen ancien
Source: http://www.proel.org/index.php?pagina=alfabetos/arameo

Aramaico antico: Iscrizione di Bar-Hadad (IX sec. a.C.).
 

l. 1) nṣb ̓ ٠ zy ٠ śm br[h]

 

l. 2) dd٠br[ ]

 

l. 3) mlk  ̓rm lmr'h lmlqr  

 

l. 4) t ٠ zy nzr lh wšm ̔ l[ql]

 

l. 5) h

 

“Stele che eresse Bar-Hadad, figlio di Atarsamak [...], re di Aram, al suo Signore Melqart, che a lui dedicò e ascoltò la sua voce”

Iscrizione votiva del re Bar-Hadad, incisa alla base di un rilievo rappresentante Melqart, divinità fenicia il cui santuario principale si trovava a Tiro. L’iscrizione è stata rinvenuta nel sito di Breğ, a nord di Aleppo (Siria) ed è conservata presso il Museo di Aleppo. La scrittura aramaica utilizzata in questo testo riflette ancora fortemente il modello fenicio.







Araméen d’empire III

Araméen d’empire III
Source: J.C.L. Gibson, Textbook of Syrian Semitic Inscriptions, II, Oxford 1975, pl. V.



Araméen d’empire IV

Araméen d’empire IV
Source: H. Donner, W. Roellig, Kanaanaeische und Aramaeische Inschriften, III, Wiesbaden 1969, taf. XXXIV.



Araméen d’empire V

Araméen d’empire V
Source: J.C.L. Gibson, Textbook of Syrian Semitic Inscriptions, II, Oxford 1975, pl. V.



Araméen d’empire VI

Araméen d’empire VI
Source: E. Sachau, Aramaeische Papyrus und Ostraka, II, Leipzig 1911, taf. 75.





Araméen moyen II

Araméen moyen II
Source: Hatra. Città  del Sole. Catalogo della Mostra, Torino 2000, p. 22.





Araméen moyen IV

Araméen moyen IV
Source: http://www.proel.org/index.php?pagina=alfabetos/elimaico

Araméen moyen: légende monétaire du roi de l'Élimaïde Kamnaskire Orode (Élimaïde, fin du Ier siècle ap. J.-C.)

kbnškyr wrwd mlk’ br wrwd mlk’

"Le roi Kamnaskire Orode, fils du roi Orode"

Dans le royaume de l’Élimaïde (Khouzestan, Iran, IIe siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.) on adopta une forme d’écriture araméenne pour les légendes monétaires à partir du Ier siècle ap. J.-C. Cette écriture appartient au groupe sud-mésopotamien des écritures araméennes orientales et a été utilisée aussi pour des inscriptions monumentales sur des bas-reliefs rupestres.



Araméen tardif I

Araméen tardif I
Source: http://www.schoyencollection.com/aram-heb-syr2.html

Araméen tardif: coupe magique avec texte mandéen (Ve-VIe siècles ap. J.-C.)

Le texte de cette coupe, comme beaucoup d’autres, contient un exorcisme protecteur, écrit dans le but d’éloigner les êtres néfastes de la maison de Nanai et d’Ihana, les commettants de l’opération magique. Les coupes magiques mésopotamiennes conservent les plus anciennes attestations de la langue et de l’écriture des Mandéens, une secte gnostique qui a survécu jusqu’à nos jours dans le sud de la Mésopotamie. L’écriture araméenne mandéenne pourrait provenir des répertoires d’écritures araméennes élaborés dans les chancelleries des royaumes d’Élimaïde (IIe siècle ap. J.-C.) et de Caracène (IIIe siècle ap. J.-C.). L’alphabet consonnantique mandéen est caractérisé par des signes cursifs et a développé un système organique de ligatures.





Écriture araméenne et langues iraniques

Écriture araméenne et langues iraniques
Source: E. Morano, 'L'uso della scrittura tra i popoli iranici: dal cuneiforme all'adattamento delle scritture semitiche' in La scrittura nel Vicino Oriente antico. Atti del Convegno Internazionale. Milano, 26 Gennaio 2008, Milano 2009, p. 126 (fig. 3).